mardi 14 février 2017

les hussard de halstead Tome 1 une américaine a Londres

Titre : Les Hussards de Healstead Hall 1 une américaine à Londres

Auteur : Sabrina Jeffries

Edition : J'ai lu pour elle

Résumé : Oliver, marquis de Stoneville, est consterné : lasse de ses frasques, sa grand-mère Hetty annonce qu'elle le déshéritera s'il n'est pas marié avant la fin de l'année. Sa seule clémence : il est libre de choisir sa future épouse. Bien décidé à ne pas être traîné à l'autel contre son gré, Oliver contre-attaque. Pour forcer Hetty à renoncer à cette folie, il feindra de tomber amoureux de la jeune femme la plus inconvenante qui soit. Et c'est ainsi qu'il déniche la jolie Maria dans un bordel de Londres. Mais tel est pris qui croyait prendre... 

Mon avis : J'ai beaucoup aimé ce livre, qui fait changer le personnage principal, par amour, ce livre est passionnément, c'est une série de 5 livres et j'ai hâte de lire les 4 autres. Sa montre que les gens peuvent changer, c'est seulement car ils veulent changer et que tout le monde est capable de changer. Dans se livre il y a un peu de moral. J'aime le genre d'aventure et qui met de la passion en même temps.

Extrait : — Je vous appellerai Maria et vous devriez utiliser mon nom de baptême : Oliver.
Ce n'était pas un prénom courant pour un lord anglais.
— Comme le dramaturge Oliver Goldsmith ?
— Non, comme le puritain, Oliver Cromwell.
— Vous plaisantez ?
— J'ai peur que non. Mon père trouvait cela amusant, vu ses propres... euh... tendances à la débauche.

Pour un homme qui ne croit pas à l'amour, tu emploies beaucoup le mot « aimer ».

— Y a-t-il quelque chose que je doive savoir sur les dîners de réception en Angleterre ? Je ne voudrais pas vous embarrasser, votre famille et vous.
— Vous ne m'embarrasserez jamais, dit-il d'une voix profonde qui la fit frissonner.
Comme s'il venait de rendre compte des sentiments que trahissaient ces paroles, il ajouta :
— Pour que je sois embarrassé, il faudrait que je me soucie de ce que les gens pensent de moi, ce qui n'est pas le cas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire